La station spatiale internationale

Publié le 5 janvier 2019
2019-01-6
Hors série
Le Café de l'espace

Les prémices du projet

Depuis les années 1960, la NASA a pour but de déployer une station spatiale en orbite pour réaliser les opérations suivantes : expérience de laboratoire scientifique, observation astronomique, assemblage d'engins spatiaux, dépôts de pièces détachées et de matériel, station de ravitaillement en carburant, nœud et relais de transport.

Un budget serré

Aux Etats-Unis, le congrès vote le budget du pays et en l'occurence celui de la NASA. Le congrès se rendant compte des dépenses faramineuses du programme Apollo, décide de restreindre le budget de l'agence spatiale américaine. Le président de l'époque, Richard Nixon, décide donc de favoriser le programme Apollo puis le programme des navettes spatiales.
La NASA se réduisant à lancer une station spatiale en un seul lancement, Skylab était née.

Une coopération internationale

En 1984, l'agence spatiale américaine lance un appel à d'autres pays pour le projet d'une station spatiale co-construite. A cette époque, le budget estimé pour la station était de 8 millards de dollars. L'année 1985 voit le début de la coopération entre les Etats. Dès lors, l'agence spatiale européeenne (ESA), l'agence spatiale canadienne ainsi que l'agence spatiale japonaise (JAXA) prennent part au projet d'une station commune.

En 1993, sur un fond de fin de guerre froide et de dislocation du bloc soviétique, la Russie prend part au projet et devient même un acteur majeur. Un accord est signé entre les Etats-Unis et la Russie pour que des américains puissent s'entrainer sur la station spatiale Russe : Mir. A cette époque, le coût du programme est réévalué à presque 94 milliards de dollars.

La construction de la station spatiale

En 1998, 16 pays sont autour de la table pour commencer la construction de la station spatiale : les Etats-Unis, la Russie, la Canada, la France, l'Allemagne, le Danemark, l'Italie, la Hollande, la Belgique, la Hollande, la Norvège, l'Espagne, la Suède, la Suisse, Royaume-Uni et le Japon.
Lors de cette année, le nom définitif est trouvé pour la station, ce sera : La Station Spatiale Internationale (ISS pour International Space Station), et oui, on fait dans l'originalité.

Station spatiale - construction

400 tonnes en orbite basse

La station pesant 400 tonnes ne peut être lancée en un seul lancement. Ce n'est pas moins de 40 navettes spatiales américaines qui vont être misent à contribution pour déployer les différents modules de la station. Cependant, ce sont les russes qui inaugurent le premier lancement de la construction de la station le 20 novembre 1998. Ce tir est effectué avec une fusée Proton, elle transporte à son bord le module russe Zarya. Deux semaine plus tard, une navette spatiale américaine lance le premier module américain, Unity. S'ensuit des accidents aux lancements côté américain et russe avec notamment l'explosion de la navette spatiale Colombia durant la rentrée atmosphérique. La catastrophe se produit en 2003 et tue les 7 membres d'équipage de la navette. L'accident cloue au sol les navettes spatiales jusqu'en 2005.

En 2011, la construction de la station spatiale internationale est considérée comme terminée. De nombreux modules ont été supprimés des plans de base et des lancements ont été confiés à des entreprises privées faute de financement.

Expansion

En 2015, l'entreprise Bigelow Aerospace en partenariat avec la NASA lance un module habitable gonflable et expérimental.
A partir de cette année, de nouveaux vaisseaux habités vont assurer la relève d'équipage suite au programme CCDev de la NASA.
La station spatiale internationale doit encore accueillir un laboratoire russe, Nauka, mais son lancement est régulièrement reporté depuis 2007.

module de la station spatiale internationale Bigelow

L'exploitation de la station

Expériences scientifiques

La station spatiale internationale est bâtie pour faire de multiples expériences dans divers domaines dont voici les principaux : biologie, physique, astronomie et météorologie.
Un autre domaine important pour les agences spatiales est le corps humain. En effet à l'époque, on ne connaissait pas les effets à long terme d'un séjour prolongé dans l'espace. L'ISS est un très bon moyen d'étudier cela sur les astronautes qui y séjourne. A l'heure actuelle, le plus long séjour d'affilé dans l'espace est détenu par le russe Valeri Poliakov, resté 437 jours à bord de la station Mir de 1994 à 1995.

module de la station spatiale internationale Columbus

Une journée typique dans la station spatiale internationale

L'heure sur la station

Pendant la rédaction de cette article une question nous tarode... Comment marche l'heure sur l'ISS ? En effet les heures sur Terre sont différentes selon votre position géographique. Sur la station, il a été décidé que l'heure serait callée sur l'heure UTC (-1h par rapport à la France). C'est une heure civile internationale adoptée par une grande majorité des pays du monde.

Les activités du matin

Le début de la journée pour les astronautes de la station spatiale commence à 6h30. Pendant une heure, ils font leur toilette, prennent leur petit déjeuner et font le point sur le programme de leur journée.
A 7h30, les astronautes entrent en contact avec le centre de contrôle pour régler tous les problèmes éventuels de planning ou de compréhension des tâches de la journée.
Ensuite, chacun fait son programme dans les modules concernés. Pour la recherche scientifique, un astronaute peut, par exemple, aller dans le laboratoire Columbus et effectuer des expériences.
Le midi, l'équipage de la station déjeune assez rapidement pour
se remettre, au plus vite, au travail.

station spatiale internationale - déjeuner

Les activités de l'après-midi

A partir de 13h30, des travaux d'inspection, de réparation ou de maintenance sont réalisés à bord de la station.
Après cela, à 17h, les astronautes partent pour deux heures de sport. Le sport en orbite est indispensable pour les séjours de longue durée. En effet, ils vont perdre en moyenne entre 20 et 30% de capacité musculaire.
A 19h, dernier contact de la journée avec le centre de contrôle pour débriefer sur la journée.
Puis, vient la fin de la journée, c'est quartier libre pour les astronautes. Ils peuvent manger ensemble, faire des activités collectives, correspondre avec leur famille, etc...

Station spatiale internationale - Sport

La fin pour l'ISS ?

Ou pas

En 2004, le programme prévoyait d'abandonner la station en 2016 pour répartir le budget de la NASA sur le programme Constellation. Cependant, le programme Constellation a été principalement annulé et la station spatiale internationale est toujours en activité. La Russie devrait se désengager de l'ISS en 2020. Puis, viens le tour de l'agence spatiale américaine. Elle devrait se désengager de l'ISS en 2024. Vu les 100 milliards de dollars utilisés pour le programme, on peut imaginer que ces dates peuvent encore glisser dans le temps sachant que la station devrait être utilisable jusqu'en 2028.

Vers une autre station

En 2017, la NASA annonce un nouveau projet... Une nouvelle station spatiale... La Lunar Orbital Platfom-Gateway (LOP-G, ou portail en orbite lunaire en français).
L'agence spatiale russe annonce aussi en 2017 qu'un accord est signé avec la NASA pour coopérer sur le projet. L'agence spatiale américaine à décidé de se rapprocher encore plus des entreprises privées américaines. Ainsi Boeing, Lockheed Martin, Orbital ATK, Sierra Nevada Space Systems et Space Systems Loral devraient aussi participer au projet de la LOP-G.

Station spatiale LOPG

La vue de là haut

Curieux de voir ce qu'on observe depuis l'ISS ? Vous pouvez en avoir un apperçu grâce à un reccueil de photos de Thomas Pesquet agrémenté de quelques textes.

Encore soif de connaissances ?

Article le plus lu

Thomas Pesquet : l’astronaute français

Thomas Pesquet : l’astronaute français

Article le plus lu dans la catégorie entreprise privée

SpaceShipTwo atteint 80km d’altitude

SpaceShipTwo atteint 80km d’altitude

Article le plus lu dans la catégorie Sonde/Atterisseur Mars

Insight est arrivé sur Mars !

Insight est arrivé sur Mars !