Le Space Launch System ou SLS pour les intimes

Publié le 23 janvier 2019
2019-01-26
Hors série
Le Café de l'espace

Aujourd'hui nous allons parler du futur lanceur lourd de la NASA : le Space Launch System ou SLS. Vous allez voir que son développement est parsemé d'embuches.

L'histoire du lanceur lourd : SLS

En 2003 survient un incident sur le lanceur lourd de la NASA de l'époque. La navette spatiale américaine, Columbia, se désintègre lors de sa rentrée atmosphérique donnant la mort aux 7 membres d'équipage. Cet accident mènera à la fin des navettes spatiales américaines. Toutefois, la NASA utilisera encore ces navettes, le dernier vol opérationnel se produira donc en 2011. En 2004, à la suite de cet accident, la NASA, décide de lancer un nouveau programme : le programme Constellation voit le jour.

Equipage de Columbia

Le programme Constellation

Le 14 janvier 2004, le président des Etat-Unis de l'époque, George W. Bush, présente à la NASA et au congrès la nouvelle vision du spatial américain. Quelques semaines suffisent à la NASA et au congrés pour donner naissance au programme Constellation.

L'objectif de ce programme est double. Dans un premier temps, la NASA veut vite oublier l'accident qui coûta la vie à 7 astronautes en 2003. Avec ce programme, la NASA veux redorer le blason des Etats-Unis. Dans un second temps, la raison d'être du programme Constellation est le retour des astronautes au delà de l'orbite basse. Le président George W. Bush à clairement exprimé son souhait de revoir un américain sur la Lune à l'horizon 2020. Pour arriver à ses objectifs, la NASA lance en 2006 la construction du plus gros lanceur jamais réalisé : la fusée ARES V.

Logo du programme Constellation

La fusée ARES V

Ares V était prévue pour être le nouveau fleuron de la NASA. La fusée devait être capable d’emporter entre 55 et 70 tonnes de charge utile en orbite lunaire. Le mastodonte aurait été la fusée la plus grosse jamais construite. D’une hauteur de 120 mètres et d’un diamètre 8 mètres au niveau du booster du premier étage, ARES V aurait régné sans pareil. Suite à un changement d’administration à la présidence des Etats-Unis, le programme Constellation prendra fin en 2010. Son lanceur far, lui aussi, sera mis à la retraite sous l’éfigie Obama sans jamais avoir décollé.

Comparaison d'ARES V

De ARES V au SLS

Les sommes investies dans le développement d’ARES V étaient telles que la NASA et l’administration Obama décident de reprendre la construction d’un lanceur lourd. C’est le 14 septembre 2011 que le Space Launch System est pour la première fois évoqué. Comme les Etats-Unis ont investi des milliards de dollars dans la conception de leurs nouveaux lanceurs, le SLS va reprendre une grande partie des systèmes de la navette spatiale et d’ARES V. Par exemple, les moteurs du Space Launch System seront exactement les mêmes que ceux de la navette spatiale américaine. Ceci peut-être surprenant car ces moteurs coûtent très cher et la navette spatiale pouvait revoler plusieurs fois. Ce qui ne sera pas le cas du SLS, chaque tir sera unique et aucune récupération des moteurs ou des boosters ne sera effectuée. 

Le Space Launch System

Le Space Launch System ne s'arrêtera pas d'évoluer avec son premier lancement. Les équipes de la NASA ont prévu le SLS pour être modulable et qu'il puisse effectuer diverses missions. Le SLS pourra mettre des charges lourdes en orbite basse, au minimum 70 tonnes avec la première version du lanceur. Toujours avec cette première version du lanceur, appelé aussi SLS Block 1, 26 tonnes pourront être emmener en orbite lunaire. La NASA prévoit pouvoir envoyer jusqu'à 45 tonnes de charge utile en orbite lunaire grâce aux dernières version du SLS : le SLS Block 2 version crew et version cargo.

Le Space Launch System sera aussi capable d'envoyer des charges utiles (sonde, atterisseur, etc..) dans l'espace lointain (à partir de Jupiter et plus loin) ou à destination des planètes plus proches comme Mars ou Vénus. Il pourrait lancer des missions telles qu'Insight qui serait capable d'embarquer des appareils scientifiques bien plus complexes. La NASA prévoit pour ces missions une charge de 37 tonnes.

La fusée se compose de deux étages. Le premier étage est équipé de 4 moteurs RS-25 (les moteurs qui équipaient la navette spatiale). Cet étage est aussi composé de deux boosters à poudre. Au total le premier étage développe une poussée de 7 440 kN.
Le deuxième étage comporte un moteur à ergol liquide de 110 kN. Pour plus de détail sur le SLS je vous invite à aller consulter le site la NASA sur la page concernant le Space Launch System.

Déclinaison du Space Launch Systeme

Des enjeux politiques

Comme nous l'avons expliqué précedemment, c'est George W. Bush qui a lancé le programme Constellation et donc le développement d'ARES V. Après un changement de gouvernement, Barack Obama décide de stoper ce programme, c'est le début du Space Launch System. On peut donc en conclure que la NASA est tributaire du climat polique qui règne au Etats-Unis. Selon les changements d'administration au niveau de la présidence et du congrès de nouveaux programmes peuvent émmerger et d'autres peuvent mourir.

Il faut savoir que la NASA sous-traite énormément de tâches à des entreprises privées tel que Boeing, Orbital ATK, Aerojet Rocketdyne et bien d'autres. La NASA est ses sous-traitants représentent donc des milliers d'emplois à travers les Etats-Unis. Pour cela, les projets de la NASA sont parfois comparés à "une machine à emplois".

Du côté des lanceurs, la concurrence risque d'être rude avec SpaceX avec sa Falcon Heavy ainsi qu'avec le Starship. Blue Origin est aussi dans les startings blocks avec ses nouveaux lanceurs en préparation : le New Glenn et le New Shepard. Tout cela annonce beaucoup de choses bonnes et mauvaises du point de vue de la conquête spatiale. Le café de l'espace suivra bien sûr tout cela de prêt.

Astronaute sur la Lune

Encore soif de connaissances ?

Article le plus lu

Thomas Pesquet : l’astronaute français

Thomas Pesquet : l’astronaute français

Article le plus lu dans la catégorie entreprise privée

SpaceShipTwo atteint 80km d’altitude

SpaceShipTwo atteint 80km d’altitude

Article le plus lu dans la catégorie Sonde/Atterisseur Mars

Insight est arrivé sur Mars !

Insight est arrivé sur Mars !